À la découverte de la vignette antipollution

Elle permet notamment d'identifier aisément les véhicules autorisés à rouler lors des pics de pollution ou les zones de circulation restreinte. Ce macaron est posé de manière visible sur le pare-brise avant de la voiture ou des motos. Tous les véhicules sont concernés sauf ceux d'urgence, certaines voitures de marchandises, les engins agricoles et de chantier. La vignette crit'air est en vente, elle coûte 4,18 euros, un tarif qui comprend l'envoi à domicile.

Déjà plus de 10 millions de véhicules équipés depuis janvier

Il existe six classes, cela varie en fonction du carburant et de la date de la mise en circulation du véhicule. En cas de pics de pollution, la vignette est désormais obligatoire dans plus d'une trentaine de villes. Pour l'instant, Paris et Grenoble pratiquent une restriction permanente et disposent d'une zone de circulation limitée. Dans ces deux villes, les véhicules sans pastilles sont totalement interdits en semaine de 8 à 20 heures. Les voitures avec une vignette 5 et le diesel de plus de sept ans risquent une amende de 68 à 375 euros depuis le mois de juillet 2017 s'ils circulent alors que la restriction est en vigueur dans ces agglomérations.

Les voitures sont-elles les seules responsables ?

Grâce à des améliorations techniques, les voitures polluent de moins en moins, mais elles rejettent toujours du dioxyde de carbone, un gaz connu pour aggraver l'effet de serre. La planète se réchauffe, la température a augmenté de plus de 0,6°C au cours du siècle dernier. Toutes les analyses confirment l'effet notable des activités humaines sur ces variations climatiques, mais il existe de nombreuses incertitudes sur les conséquences. Les Français face à la pollution sont-ils victimes ou responsables ? De plus en plus, ils prennent conscience de ce phénomène. Ils ne sont pourtant pas prêts à se passer de leur voiture.