Quels enjeux pour le recrutement en ingénierie industrielle ?

Selon les prévisions du baromètre du Syntec-ingénierie, le secteur de l’industrie en France devrait recruter entre 50 et 60 000 collaborateurs sur la période de 2018 à 2021. Les salariés actuellement en poste et ayant participé à l’étude ayant révélé ces chiffres, attestent d’ailleurs de cette dynamique positive, dans leur grande majorité. Pourtant, l’harmonie entre l’offre et la demande dans l’ingénierie industrielle est loin d’être une évidence, tant les intentions d’embauche se heurtent aux difficultés de recrutements auxquelles les entreprises se trouvent confrontées. Explications d’un paradoxe…

Des appréhensions divergentes entre candidats et entreprises

Vous êtes peut-être au courant du fait que les entreprises du secteur industriel en France expriment des besoins évidents en compétences techniques. Pourtant, en recherche active ou en veille, plus de la moitié des candidats des métiers de l’industrie estiment que le recrutement dans l’ingénierie industrielle est loin d’être une partie de plaisir, au regard des difficultés qu’ils ont à signer un contrat.

A lire également : Quels sont les avantages d’un CRM dans la gestion de la relation client, suivi des opérations, facturation ?

Tandis que les uns sont à la quête d’un poste dans ce secteur depuis plus de 3 mois ou 1 an selon le cas, les autres ont pu saisir une opportunité d’emploi. Cependant, il faut dire que dans cette seconde catégorie, il s’agit pour la plupart de jeunes diplômés ou de profils avec peu d’expérience.

entretien recrutement

A découvrir également : Pourquoi utiliser un contrôle médical privé pour une entreprise ?

Nous estimons qu’un tel paradoxe s’explique par le fait, qu’outre la nécessité pour les entreprises de miser sur les expertises techniques de leurs collaborateurs, elles sont aussi exigeantes en ce qui concerne la personnalité des candidats.

Il s’agit en fait d’un changement de paradigme, qui rend les entreprises de l’ingénierie industrielle plus ouvertes à des profils de candidats capables de s’adapter, d’être autonomes, et pourquoi pas à terme de gérer à leur tour des personnes.

Vous percevez déjà certainement que les entreprises ont quelque peu reconsidéré leurs attentes à la hausse, en tenant aussi grandement compte des qualités personnelles des candidats, lors des entretiens d’embauche.

Les solutions envisageables

En réalité, ce paradoxe pose le problème d’une mauvaise adaptation des profils techniques du secteur de l’industrie, aux exigences du recrutement vu autrement par les recruteurs de ce domaine d’activité.

Nous irons même plus loin en liant cette difficulté qu’ont les demandeurs d’emploi de l’ingénierie industrielle, au fait que leurs formations de base ne les prédisposent pas aux exigences des processus de recrutement. Aujourd’hui, les entreprises industrielles appréhendent le salarié autrement.

Elles préfèrent un collaborateur qui puisse se montrer ingénieux, gagner du temps, s’adapter facilement, au détriment d’un employé qui n’est bon qu’à exécuter une liste de tâches.

Nous pensons donc, au regard de ces nouvelles exigences, que les formations des futurs collaborateurs de l’ingénierie industrielle doivent prendre en compte les qualités des apprenants en tant que personne.

L’idée est de leur conférer d’autres aptitudes, qui vont au-delà l’aspect technique, et qui intègrent aussi des valeurs humaines comme le leadership et la gestion d’équipe par exemple. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront optimiser leur employabilité sur un marché devenu, vous l’aurez compris, très exigeant.