Voyage aux États-Unis : malgré la crise, les destinations les plus populaires restent très sollicitées

L’année 2020 aura été plutôt catastrophique pour le secteur du tourisme. Paris, la ville la plus visitée au monde, a été particulièrement touchée. Cependant, certains pays ont réussi à maintenir une activité honorable, notamment grâce à la diversité de leurs offres. C’est le cas aux États-Unis où certains états comme la Floride ont pu tirer leur épingle du jeu et se maintenir au sommet des destinations les plus sollicités.

La Floride maintient le tourisme à flot

La Floride est l’état qui s’en est le mieux sorti, notamment parce qu’il attire chaque année énormément de touristes nationaux sur ses immenses plages paradisiaques. Son concurrent direct, la Californie, a été sous couvre-feu et confinement pendant plusieurs mois. Malgré un pic épidémique important, la Floride n’a jamais vraiment fermé ses portes, préférant sauvegarder son économie.

A lire aussi : Les produits locaux en Bretagne

Au cours de l’été, même les touristes étrangers étaient les bienvenus. Ils devaient seulement présenter des tests PCR négatif au départ et à l’arrivée de leurs vols. Ils devaient également présenter l’habituelle et incontournable demande ESTA à la douane. Bien sûr, le tourisme a subi des baisses importantes aussi en Floride, mais la catastrophe a été évitée.

Un taux d’occupation très élevé aux États-Unis

Le meilleur moyen de se rendre compte de la relative bonne santé du tourisme aux États-Unis, c’est de considérer le taux d’occupation. Les grandes villes de Floride, comme Tampa, Miami et St Petersburg ont pu dépasser de peu les 50 % tout au long de la saison touristique (avril-novembre). En Californie, le taux d’occupation est resté un tout petit peu au-dessous de 50 % malgré la situation.

A lire également : Quel opérateur TV choisir pour regarder des matchs de foot ?

Néanmoins, les destinations plus froides et culturelles ont beaucoup souffert avec des taux d’occupation autour de 30 % pour Boston. Il faut aussi considérer la chute que cela représente par rapport à l’année précédente. New York, par exemple, peut se vanter d’un taux d’occupation de 47 % pendant l’année 2020. Cependant, en 2019, ce taux était de 86 % !

Une catastrophe vraiment évitée ?

Si les États-Unis ont maintenu l’activité touristique pour échapper à une crise économique majeure, beaucoup de voix dans le pays s’élève contre cette conclusion rapidement tirée. Effectivement, les meubles ont été sauvés, mais à quel prix ? D’abord, il y a les milliers de morts que cela a inévitablement entraînés. Ensuite, il faut se demander qui a vraiment profité de ce taux de remplissage.

Effectivement, dans l’ensemble, ce sont les grands groupes hôteliers et les services de luxe. Ainsi, les revenus générés par le tourisme cette année aux États-Unis se sont concentrés dans les poches d’une poignée d’investisseurs. Les petites entreprises du tourisme, de leur côté, se sont partagé les miettes, entraînant de nombreuses faillites et des millions de chômeurs supplémentaires.