Les erreurs les plus fréquentes au Code de la route

L’obtention de votre permis de conduire passe par la réussite à l’examen du code de la route. Cependant, contrairement aux autres examens, ce dernier est particulièrement difficile, car vous ne pouvez l’obtenir si vous faites un certain nombre d’erreurs. En réalité, certaines fautes sont très courantes à cet examen. En conséquence, pour les éviter, le mieux serait de les connaître d’avance afin de maximiser vos chances de réussite. Quelles sont alors les erreurs les plus fréquentes au Code de la route ? Focus !

Les erreurs liées aux questions techniques

Certaines questions techniques sont posées au cours de l’épreuve du Code de la route. Pour y répondre avec facilité, le mieux serait de bien s’entraîner avant l’épreuve. En effet, ces 40 questions sont nombreuses et très variées qu’il vous sera difficile de les mémoriser par cœur. Ainsi, en vous entraînant, vous aurez plus de chances de mémoriser les bonnes réponses.

A lire également : Faut-il vraiment respecter le Code de la route ?

Les questions techniques portent par exemple sur le fonctionnement, l’entretien et l’immatriculation d’une voiture. Les examinateurs peuvent demander aux candidats la durée de renouvellement d’un contrôle technique et le taux d’alcool précis dans le sang. Ils peuvent également demander la durée de validité des différents types de permis. C’est surtout au niveau de ces questions que les participants font beaucoup d’erreurs, car ils n’y prêtent pas vraiment attention. En effet, ils se concentrent plus sur les questions relatives à la conduite d’un véhicule.

Les fautes relatives aux feux de véhicule (route, position, croisement)

Voici encore l’une des erreurs les plus fréquentes que commettent les candidats à cet examen. En guise de rappel, il existe 5 différents types de systèmes d’éclairage du véhicule. Il s’agit respectivement des :

A voir aussi : Comment choisir son chargeur de batterie ?

  • Feux de brouillard arrière ;
  • Feux de position ;
  • Feux de brouillard avant ;
  • Feux de route ;
  • Feux de croisement.

Cependant, l’erreur se trouve à quel niveau concrètement ? En réalité, les candidats ont tendance à confondre les feux de brouillard arrière et les feux de brouillard avant. Malgré la similarité de leurs noms, il y a une grande différence entre ces deux types de feux. En effet, les feux de brouillard arrière s’utilisent uniquement en cas de neige ou de brouillard. Concernant les feux de brouillard avant, en plus d’être utilisés dans les cas précités, ils s’utilisent encore lorsqu’il pleut. De même, si vous conduisez la nuit dans une zone reculée, vous pouvez allumer les feux de brouillard avant pour compléter les feux de route.

Les fautes relatives aux dépassements

Les erreurs liées au dépassement sont généralement causées par un manque de concentration du candidat. En effet, ces questions sont posées sur la base d’une image comportant une erreur et la question est de savoir s’il est possible de faire un dépassement dans un tel cas. Si vous ne faites pas attention aux détails, vous pouvez passer à côté de la bonne réponse.

L’objectif de cet exercice est de vous former, afin que vous puissiez être en mesure de vérifier la disposition de chaque conducteur sur la route, avant de chercher à faire un dépassement. En conséquence, regardez bien l’image mise à votre disposition avant de répondre à cette question, pour ne pas commettre une erreur.

Les erreurs relatives à la vitesse de circulation

Cette erreur est très fréquente et il faut être bien concentré pour l’éviter. En effet, il s’agit des questions à choix multiples où une série de vitesses est proposée. L’erreur se trouve notamment au niveau de la confusion de l’autorisation et de l’obligation. En réalité, il y a une grande différence entre les verbes pouvoir et devoir. On peut par conséquent vous demander si vous pouvez ou devez rouler à une allure donnée.

Le secret à ce niveau est très simple. Si la question demande l’allure à laquelle vous devez rouler, il vous revient de donner comme réponse la vitesse idéale autorisée. Cependant, si la question vous demandait la vitesse à laquelle vous pouvez conduire, la réponse serait de donner la vitesse maximale acceptée et les vitesses inférieures.

Exemple : sur une route limitée à 80 km/h, les vitesses autorisées sont 60k/h, 70k/h, 80k/h et 90k/h. Lorsque la question est de savoir la vitesse à laquelle vous devez rouler sur cette route, il faut répondre simplement 80k/h.

Cependant, si elle demande plutôt celle où vous pouvez rouler, la réponse serait 60k/h, 70k/h, 80k/h. Il faut rappeler que la proposition d’une seule vitesse inférieure est pénalisante.

La confusion de la distance d’arrêt et la distance de freinage

Pendant l’épreuve, les candidats confondent très souvent la distance d’arrêt et la distance de freinage. Ce qui constitue une grave erreur, car il y a bien une différence entre ces deux distances. En réalité, la distance d’arrêt est relative à la distance existante entre la perception du danger et le moment de l’arrêt de la voiture. Elle représente la sommation de la distance de réaction et celle de freinage. Concernant la distance de freinage, elle indique l’intervalle parcouru par le véhicule lorsque votre pied touche la pédale de frein et l’immobilisation complète du véhicule.

Somme toute, voici quelques erreurs que les candidats commettent souvent à l’examen de l’obtention du permis de conduire.