Comment devenir chauffeur routier ?

Depuis l’ouverture des frontières intra-européennes, les échanges de marchandises se sont multipliés et par conséquent les opportunités professionnelles au sein du secteur du transport sont abondantes. Assurant des livraisons à bord de leur camion poids lourd, sur le territoire français ou l’étranger, les chauffeurs routiers sont donc de plus en plus sollicités de nos jours.

En quoi consiste précisément le métier de routier ?

Naturellement le conducteur routier doit acheminer des marchandises par voies routières, en supervisant les opérations de chargement et de déchargement. Il s’occupe également de certaines procédures administratives, en remplissant les bordereaux de livraison, les factures… et est chargé de tenir à jour un carnet de bord.

Dès lors il requiert un certain nombre de qualités, à commencer par certaines capacités physiques. Concentration, vigilance et réactivité sont indispensables pour être en mesure de passer des heures sur les routes sans danger. Egalement, il faut avoir une bonne résistance physique pour assurer le respect des délais de livraison ; ainsi il est nécessaire de passer des examens cardiaque, d’audition et d’acuité visuelle. Outre ces exigences physiques, le chauffeur routier doit avoir un comportement irréprochable au volant, mais il doit aussi être doté d’un bon sens relationnel étant régulièrement en contact avec la clientèle, les services douaniers ou le personnel d’exploitation. Enfin il doit avoir des notions de base en mécanique pour être capable d’entretenir son véhicule.

En somme, c’est une profession qui demande beaucoup de rigueur.

Quelles formations pour devenir conducteur routier ?

Il est tout à fait possible d’exercer ce métier sans diplôme ni expérience, en acquérant simplement le permis C (indispensable pour pouvoir conduire des véhicules de plus de 3,5 tonnes) et une FIMO (Formation Initiale Minimum Obligatoire, permettant d’acquérir les connaissances nécessaires en ce qui concerne la législation et la sécurité routières). Pour autant l’obtention de certains diplômes facilite grandement l’accès à la profession.

Il y en a deux, accessibles directement après la classe de 3ème, intégrant les permis B, C et CE :

Le CAP Conducteur Routier Marchandises : il s’agit d’une formation sur deux ans, comportant un enseignement général (français, histoire-géo, mathématiques…) et un enseignement plus technique portant sur l’activité logistique (législation, préparation d’un transport…).

Le Bac Pro Conducteur Transport Routier Marchandises : il s’agit d’une formation sur trois ans, avec également un enseignement général et un enseignement professionnel axé sur la gestion et l’organisation d’un transport.

Outre ces diplômes il existe plusieurs titres et formations, par exemple le Titre Professionnel de conducteur du transport routier de marchandises sur porteur (CTRMP) : c’est une formation de 385 heures accessible à tout majeur titulaire du permis B, et qui délivre la FIMO. Il est enfin possible de se spécialiser avec des formations plus spécifiques, selon la nature des marchandises (produits pétroliers, denrées périssables, animaux vivants…) ou le type de trajet (conditions climatiques dangereuses, zones accidentées…).