Découverte de la mode marocaine

Si la mode est devenue aujourd’hui un objet de consommation, elle est avant tout un art et une culture en soi. Chaque pays connait ses vêtements traditionnels qui se sont élaborés au fil des siècles. Cette évolution se fait au regard de l’histoire du pays et de l’environnement qui détermine le mode de vie de ses habitants et donc, de ses pratiques et de ses besoins spécifiques. C’est ainsi que la mode au Maroc se distingue par ses particularités, ses tenues et ses accessoires typiques.

Découvrons ensemble dans cet article les différents costumes qui font la mode au Maroc !

A lire également : Astuces et conseil pour choisir son vélo de piscine

La mode marocaine : entre savoir-faire et influence

C’est dès le XVIème siècle que les vêtements traditionnels orientaux séduisent les ambassadeurs et les voyageurs venus de l’occident après avoir atteint le sud de l’Espagne. C’est par la mode hispano-mauresque que la mode marocaine se fait connaitre et s’étend hors de ses frontières. Plus tard, elle gagne les coeurs des romantiques au XIXème siècle qui voit aussi naitre le courant de peinture orientaliste. Plus tard Matisse sera lui aussi influencé par la mode orientale.

Caftan, djellaba, haïk, burnous… Ce sont autant de vêtements traditionnels qui signent toute la richesse et le savoir-faire de l’Afrique du Nord et donc le Maroc. Les broderies, les différentes étoffes et les ornementations changeantes en fonction des régions habillent les hommes comme les femmes de façon élégante. Les ateliers de Rabat, Fès, Meknès ou encore Tétouan sont par ailleurs réputés pour leurs créations de caftans dont la qualité des tissages ont fait la renommée. Ils ont fabriqués des tenues de mariées musulmanes comme juives.

A lire aussi : Tee-shirt personnalisé : est-ce le cadeau idéal

Pour sublimer les robes et les tuniques, des bijoux et accessoires divers complètent les tenues. De grandes parures d’or, des boucles d’oreilles pendantes, des diadèmes, des bracelets, des bijoux de chevilles, des colliers et également des fibules s’ajoutent à la somptuosité des tenues. La haute couture marocaine a su développer et montrer au monde entier son savoir-faire. Il s’agit d’un art onéreux mais qui a su perdurer dans le temps en sachant se réinventer dans ses techniques de tissage et de création de bijoux. La mode marocaine constitue un patrimoine unique qu’il est important de faire vivre.

Les costumes traditionnels marocains ont beaucoup évolués et se sont enrichis au fil du temps. Les motifs, le choix des couleurs et des tissus se sont diversifiés. Cette diversification vient directement des influences esthétiques notamment andalouses et ottomanes. Malgré la mondialisation et la normalisation des tendances dans la mode vestimentaire dans le monde, le costume oriental a su garder sa position de costume authentique et la valeur sociale qu’il porte.

En France, même nos grands couturiers ont été inspirés par la beauté des confections vestimentaires marocaines. Yves Saint Laurent, Paul Poiret ou l’espagnol Mariano Fortuny ont repris certaines coupes hautes en couleur et des éléments d’ornementation pour leur propres créations.

La mode marocaine au quotidien

Avec leur tenue, les marocains portent aux pieds des babouches. Chaussures confortables et existant sous toutes les formes, la babouche en cuir continue d’être appréciée et portée. Ces chaussures accompagnent le plus souvent une djellaba qui est une robe tombant aux pieds, comportant une capuche et de larges manches. Les berbères portent pour leur part un turban blanc et des sandales fabriquées à partir de cuir de chèvre.

Quant aux femmes marocaines, il est courant encore qu’elle porte un voile en public afin de respecter leur religion islamique. Elles portent en vêtement de longues robes ou des cafetans, que ce soit pour la vie de tous les jours ou pour les grandes occasions. Précisons tout de même que les vêtements à la façon occidentale sont de plus en plus courants au Maroc.

Les costumes traditionnels ont cependant encore de beaux jours devant eux car ils sont encore bien présents lors des mariages. Les marocains et les marocaines continuent de suivre leur tradition.

Les rues de Taroudant voient encore passer des femmes en haïk, le plus souvent de couleur bleue, et blanche dans la ville d’Essaouira. Ce vêtement cache presque tout le corps et le visage. Il ne reste qu’un espace suffisant pour les yeux. Dans le milieu rural, c’est un haïk imposant qui couvre le corps des femmes berbères. On le voit principalement dans le sud du Maroc. L’épais tissu est en laine ou en coton et est attaché au niveau de la taille par une ceinture afin de maintenir les 2 mètres par 6 de tissu enveloppant sa porteuse. Au départ de couleur sombre et coupé dans un style stricte, le haïk traditionnel a un peu évolué depuis quelques décennies.

Dès lors que le Maroc devient indépendant en 1956, les femmes échange leur haïk par une djellaba qui est destiné à la base aux hommes. Les années 60 marquent une certaine émancipation chez les marocaines et la volonté de porter des tenues plus pratiques et au goût du jour.