Peindre soi-même : les astuces pour réussir comme un pro

De prime abord, rien n’est plus simple que de repeindre un mur, un plafond, un meuble ou encore un sol. Et pourtant, pour changer de décor à moindres frais, cela demande quelques astuces pour que le résultat soit à la hauteur de ses espérances, soit impeccable tout simplement. En effet, se lancer à corps perdu dans les travaux de peinture demande un temps de réflexion, mais aussi de préparation tout comme en cuisine, pour suivre les dernières tendances food

Quelles astuces pour peindre ?

Astuce n°1 : bien s’équiper

Pinceaux qui perdent leurs poils, rouleaux trop épais pour les coins, peinture odorante … la peinture c’est comme la cuisine : il faut s’équiper avec le bon matériel. Un matériel bas de gamme ou inadapté compliquera immanquablement la tâche. De plus, le temps consacré à la peinture risque également d’être plus important, quant au rendu, il sera irrégulier ni fait ni à faire. C’est pourquoi il est préférable d’opter pour des pinceaux, des rouleaux, des adhésifs, des films de protection de qualité notamment et surtout adaptés. Il existe des pinceaux coudés spécialement conçus pour repeindre un radiateur, des rouleaux spéciaux pour le sol sans oublier les pinceaux à rechampir parfaits pour les angles de murs notamment. Quant à la peinture blanche par exemple, il en existe des « vertes ». Depuis que l’on sait que l’air intérieur peut être entre 4 et 5 fois plus pollué que l’air extérieur, mieux vaut privilégier une peinture blanche écolo, dans le cas présent. Exit donc les peintures blanches bas de gamme qui forcent à passer plus de deux couches et donc favorisent les imperfections. Lorsque l’on veut rafraîchir une surface, il est important d’opter pour une peinture blanche de qualité. Ensuite, pour faire son choix entre la peinture mate, satinée ou brillante : c’est assez simple. En règle générale, la peinture blanche mate est utilisée pour les surfaces les moins fragiles, les moins exposés comme un plafond par exemple. La peinture blanche satinée est employée dans les pièces de vie, la peinture blanche brillante est à privilégier pour les pièces humides et les boiseries comme les encadrements de porte. Bien entendu, il ne s’agit là que de ce qui se fait de manière traditionnelle. Et pour cause, la couleur de la peinture comme la texture est une affaire de goûts, d’envies. 

Astuce n°2 : protéger  

Un pot de peinture qui se renverse sur le parquet neuf, le canapé tacheté de peinture ou encore un vêtement éclaboussé par de la peinture … même si l’on se dit que cela n’arrive qu’aux autres, il est préférable de protéger son chantier. Les taches de peinture ne pardonnent pas. Les tableaux doivent être décrochés, les étagères démontées, les tringles et les rideaux enlevés sans oublier les tapis en particulier. L’idéal est de mettre à nue la pièce. C’est pourquoi, il est conseillé de vider au maximum la pièce, de la désencombrer autant que possible ou bien de tout regrouper et de ranger au centre de la pièce. Ensuite, il faut protéger le tout à l’aide d’une bâche en plastique. Sans oublier d’appliquer un ruban de masquage sur les plinthes, le pourtour des prises électriques et autres interrupteurs muraux ou les rebords du plafond notamment. Il faut penser également à porter une tenue adaptée. Exit donc les derniers accessoires de mode tendance. Un pantalon, un t-shirt, une casquette ou un foulard pour les cheveux sans oublier une paire de chaussures confortables et qui ne craignent pas, feront alors l’affaire. Il peut être opportun de se munir d’un masque, d’une paire de gants ou encore de lunettes de protection dépendamment de la peinture utilisée, mais aussi de la surface à peindre. Penser systématiquement à imposer le port du casque si la surface à peindre demande un travail en hauteur, s’il faut utiliser un escabeau ou une échelle en l’occurrence. 

Astuce n°3 : préparer le support

Une fois que la peinture et le matériel ont été judicieusement choisis, il est essentiel de préparer correctement le support. Si la surface est sale – traces de gras, de crasse, de nicotine, de doigts par exemple – il faut la lessiver à l’aide d’un détergent doux dilué dans l’eau. Puis une fois rincée à l’eau claire, mieux vaut laisser sécher avant de peindre. S’il reste des traces de l’ancien revêtement – peinture, papier peint en l’occurrence – il faut penser à décaper, à poncer la surface pour les éliminer. Il peut y avoir également des fissures ou des trous visibles sur la surface à peindre. Il faudra alors les réparer à l’aide d’un enduit puis attendre qu’une fois sec, il soit poncé avant de peindre. En fait, pour que le résultat soit parfait, la surface à peindre doit être propre, sèche et nette. Mais il doit être également sain. En cas de traces d’humidité, de moisissures, il faut le nettoyer et résoudre au préalable l’origine du problème pour éviter de devoir repeindre régulièrement la surface.

Astuce n°4 : peindre

Tout est maintenant fin prêt pour peindre. Afin de faciliter l’accroche de la peinture, il faut prendre soin de mettre une sous-couche – que l’on appelle primaire d’accrochage – et la laisser sécher avant d’appliquer la peinture choisie. Ensuite, les règles d’or pour bien doser la peinture et travailler dans les règles de l’art comme un professionnel consiste à bien mélanger la peinture avant usage, tremper le rouleau qu’à moitié dans la peinture et retirer le surplus à l'aide de la grille, tremper le pinceau à un tiers dans la peinture, croiser les passes. Pour finir, il faut aussi peindre dans les conditions climatiques optimales. S’il est préférable de peindre fenêtre grande ouverte, il faut éviter de se lancer dans la peinture s’il y a des risques d’intempéries, s’il gèle, sous un soleil de plomb ou encore dans un courant d’air. En effet, aussi bizarre que cela puisse paraître il ne doit pas faire ni trop chaud, ni trop humide ni trop froid. En fait, cela évite aux poussières de se poser s’il y a du vent, à la peinture de coller s’il fait froid et humide ou qu’elle sèche trop vite et que l’on voit les passes s’il fait trop chaud notamment.