La petite histoire du bleu de travail

Porté par des millions de travailleurs, le bleu de travail est un vêtement de travail qui reste associé aux professionnels manuels. Pouvant prendre de nombreuses formes suivant le corps de métier : blouse, cotte de travail, pantalon, veste, etc. ce vêtement est doté d’une histoire encore trop méconnue. Voici donc l’histoire de ses origines jusqu’à nos jours en passant par ses différentes évolutions à travers les siècles.

Pourquoi le bleu de travail est-il bleu ?

En toute logique, le bleu de travail porte d’abord ce nom parce qu’il est bleu. Plus particulièrement « Bleu de Prusse ».

Lire également : Quel cadeau de Saint Valentin pour votre Working Girl ?

Le Bleu de Prusse fut accidentellement découvert dans les années 1700 et se révéla comme étant un procédé économiquement rentable avec un coût de fabrication très faible alors qu’à cette époque, le fait de fixer de la couleur bleue sur du tissu était loin d’être une méthode économique. C’est ainsi qu’au 18ème siècle la couleur bleue devient THE couleur à la mode et que le vêtement de travail standardisé de tous les ouvriers fait son apparition pour finalement devenir une étiquette sociale.

Ce siècle correspondant également à la révolution industrielle en France comme ailleurs dans le monde avec l’apparition de machines automatisées dans les usines avec leur lot de risques, il était nécessaire de pouvoir équiper les ouvriers avec un uniforme ou des vêtements de travail plus sécurisant qu’un simple tablier et suffisamment solide pour qu’ils ne se déchirent pas ou ne soient pas happés dans les engrenages des machines. La matière choisie pour les bleus de travail sera donc le coton et lors de leurs débuts, ils seront présentés comme des blouses fermées par une ceinture avant de devenir l’ensemble pantalon-veste en jean denim ou en coton d’aujourd’hui.

A lire également : Sénégal : elle photographie des pères qui portent leurs enfants au dos

Véritable élément protecteur de l’ouvrier, les principales missions du bleu de travail sont alors :

  • De se montrer pratique notamment grâce à ses nombreuses poches
  • De protéger les vêtements personnels de son porteur
  • D’uniformiser la tenue de travail au sein d’une même entreprise
  • D’être moins salissant et facile d’entretien : les taches sur un tissu foncé sont moins visibles.

Les évolutions du bleu de travail à travers le temps

Passant de la blouse ceinturée aux combinaisons de travail ainsi qu’aux cottes à bretelles au 19ème siècle, les salopettes bleues de travail deviennent de plus en plus pratiques et surtout plus protectrices au fil des années jusqu’à devenir une forme plus évoluée : la tenue bleue de travail en deux pièces composées d’un pantalon bleu et d’une veste professionnelle. Il s’agit là de sa forme la plus utilisée de nos jours.

C’est au 20ème siècle que le bleu de travail passe outre Atlantique pour habiller les étudiants avec une marque très célèbre encore de nos jours : Levi Strauss & Co. Aujourd’hui devenue une véritable pièce de créateur pour les stylistes et maisons de mode, l’emblématique jeans, pantalon en denim teint en bleu a en effet été inspiré par le bleu de travail.

Le bleu de travail de nos jours 

Aujourd’hui, lorsque l’on parle du bleu de travail, il est plutôt fait référence à la fonction du vêtement de travail ainsi qu’à ses fonctions de protection. Désormais décliné en de nombreuses couleurs telles que le rouge, le blanc, le noir, le rose ou encore le vert, cet habit professionnel se dote progressivement de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux designs sans manquer de se montrer résistant et confortable. Fonctionnel et intemporel, c’est l’un des seuls vêtements qui dès le début de son apparition n’a cessé d’évoluer à travers les siècles.