Christine Lagarde, la Française la plus puissante au monde

Durant le mois de décembre, Christine Lagarde s’est présentée devant la justice afin de répondre aux accusations de négligence dans le dossier Adidas/Tapie. Ce qui suscite des questions sur le véritable pouvoir de cette femme que tout le monde considère comme la Française la plus puissante au monde. Voici ce qu’il faut savoir sur la compagne de Xavier Giocanti.

Une femme de poigne

Pour expliquer un peu ce que Christine Lagarde va devoir faire face en tant que directrice générale du fonds monétaire international, Xavier Giocanti, son compagnon depuis plusieurs années préfère faire un dessin. Il affirme que sa moitié sera seule, avec des avocats, face aux 27 juges de la Cour de Justice de la République. Il regrette surtout le fait de ne pas pouvoir être avec elle, car elle ne souhaite pas le voir à l’audience.

Bien que n’étant pas obligée d’assister au procès la directrice du FMI a tout de même tenu à être, présente. Elle soutient d’ailleurs en privé qu’elle est victime d’une injustice et elle entend bien la réparer. Pour cela, Christine Lagarde n’a pas hésité à prendre une semaine de congé durant le mois de décembre. À noter que récemment, une autre plainte avait été déposée contre elle dans l’affaire Kerviel.

Lorsque, en 2005, Lagarde a été nommée ministre, elle a dû quitter le cabinet Baker et Mackenzie alors qu’elle était à 1 an de la retraite avec un pactole de 145.000 euros par an. Et puis, bien que le droit des affaires internationales n’est pas vraiment un milieu de bisounours, elle maîtrisait quand même bien les dossiers. Ce qui n’est pas vraiment le cas dans un gouvernement.

Combattu dans le paysage politique

« Christine Lagaffe », c’est le surnom plutôt ironique qu’ont pu lui donner certains de ses détracteurs qui affirment avec force qu’elle n’a pas été assez prévenante sur le dossier Tapie. Ce qui révolte particulièrement son mari qui s’exprime ici http://www.parismatch.com/People/Politique/Xavier-Giocanti-le-mari-de-Christine-Lagarde-156492. Pétrie de libéralisme, c’est la Première ministre de l’Économie en France à avoir conseillé aux Français de prendre leur vélo plutôt que leur voiture. Une déclaration qui a été diversement appréciée dans un contexte où les prix de l’essence étaient en forte hausse partout dans le pays. Malgré le fait que son allure et son style vestimentaire intimident, son optimisme débordant irrite au plus haut point. D’ailleurs, les députés de l’opposition n’ont pas hésité à la surnommer, encore une fois, « Marie Antoinette ».