Pourquoi ne pas jeter un emballage biodégradable dans la nature ?

Les mentions comme « vert », « respectueux de l’environnement », « BIO », « biodégradable » ou encore « recyclable » ont pour don de rassurer les consommateurs. Mais en réalité, force est de constater que la plus grande majorité ne comprend pas la portée de ces labels.

Les emballages biodégradables en bref

A lire également : Comment trouver un médecin en urgence

Certes, un emballage biodégradable peut être dégradé par des microorganismes vivants, mais non sans conditions. L’emballage qui constituerait le moins de danger pour l’environnement est l’emballage qui se désintégrerait de lui-même dans la nature. Mais un tel emballage n’existe pas jusqu’à nos jours. Voilà pourquoi il ne reste que deux choix.

Le biodégradable et le compostage naturel

Certains emballages dits biodégradables peuvent se composter plus ou moins facilement dans les bacs de compostage où toutes les conditions sont réunies. Notez que seuls les emballages comportant la mention « biodégradable à domicile » ou « OK Compost – home » sont authentiques.

A voir aussi : Maison de retraite à Nantes : comment bien choisir ?

Le biodégradable et le compostage industriel

Le compostage industriel consiste en la création de conditions artificielles qui servent à amorcer et « forcer » la désintégration de la matière. Les emballages biodégradables qui ont reçu des traitements chimiques font obligatoirement l’objet de ce type de recyclage. Par ailleurs, jusqu’à la dernière nouvelle, un tel site de traitement n’existe pas encore en France. Jetés dans la nature, tous ces emballages impactent négativement l’environnement.

Les emballages biodégradables aident à préserver l’environnement

Les changements climatiques sur lesquels certains s’efforcent et forcent les autres à fermer les yeux sont bien réels. Pour inverser la vapeur comme on dit, il y a un réel changement de comportement à attendre de chacun. Entre autres gestes à adopter, il y a l’utilisation de véritables emballages biodégradables. À grande échelle, l’impact de ces gestes sera plus que bénéfique.

Le plus grand fléau causé par les emballages plastiques et les emballages en d’autres matériaux qui ne sont pas dégradables comme l’aluminium est la pollution des eaux. Tous les emballages qui ne sont pas décomposés finissent par infester les cours d’eau, les fleuves et les rivières pour finir par s’amasser un jour dans les océans.

Les emballages non dégradables disséminés dans la nature constituent des dangers pour l’homme et les autres êtres vivants. Un emballage biodégradable a moins de chance d’étouffer un poisson qui se serait piégé dedans. En optant pour l’utilisation des emballages biodégradables, on se donne la chance de diminuer les 35 millions de tonnes de déchets plastiques détruisant les écosystèmes aquatiques.

Au-delà de la préservation de l’environnement : un patrimoine

En utilisant les emballages biodégradables tout en nous assurant de leur compostage, nous donnons un peu de répit à mère Nature. Tout cela doit s’accompagner d’un mode de vie anti-gaspillage pour limiter également la production de ces emballages. Sinon, on risque d’en demander encore plus à la nature pour cette production.

À noter que l’amidon et le papier servant à fabriquer ces emballages proviennent également de la nature. Par ailleurs, en traitant mieux la nature et l’environnement maintenant, on a plus de chance de laisser aux générations futures un monde plus ou moins sain.