Réanimation cardiaque, coup de cœur pour le défibrillateur

Le défibrillateur automatique implantable permet de sauver de nombreuses vies. Mais voilà, si ce petit appareil permet de traiter certains troubles du rythme cardiaque, il ne s’adresse qu’à une petite poignée de patients spécifiques. En effet, les personnes qui ont été réanimées à la suite d’un arrêt cardiaque ou celles qui souffrent d’un problème au cœur pouvant entraîner un arrêt cardiaque peuvent en bénéficier, il ne concerne qu’une infime partie de la population. Et, malheureusement, les maladies cardiaques sont la première cause de décès dans le monde. En France, 50 000 personnes décèdent d’ailleurs chaque année d’un arrêt cardiaque. Parce qu’un arrêt cardiaque nous concerne tous, peu nous toucher à n’importe quel moment, n’importe où, l’usage d’un défibrillateur cardiaque externe peut nous sauver. Gros plan sur un appareil accessible, facile d’utilisation.

Le défibrillateur cardiaque externe

Depuis 2007 (décret n°2007-705 du 04/05/2007), nous sommes tous autorisé à utiliser un défibrillateur automatisé externe pour sauver une vie. Appelé également DAE, il s’agit d’un appareil qui analyse le rythme cardiaque et qui décide en autonomie si un choc électrique doit être délivré pour rétablir l’activité du cœur. Disponible dans les mairies, les établissements scolaires, les structures sportives, les gares et les aéroports, les entreprises notamment, les particuliers peuvent aussi en acquérir un, suivez ce lien pour cela. En parallèle, il existe une application gratuite, staying alive, qui cartographie l’ensemble des défibrillateurs existants à l’échelle mondiale. 

Le DAE est donc un appareil qui permet à son utilisateur de tenter de réanimer une personne victime d’un arrêt cardiaque brutal. Très simple d’utilisation, l’utilisation d’un défibrillateur est sans danger pour la personne qui vient en secours d’une victime. Ce dernier est composé de deux électrodes prêtes à être collées sur la victime, d’un haut-parleur qui permet de guider l’utilisateur via une voix synthétique, d’un bouton d’allumage, d’une paire de ciseaux pour dégager la cage thoracique au besoin notamment. Il suffit alors de se laisser guider pas à pas

La réanimation cardio-pulmonaire

S’il convient d’utiliser un défibrillateur cardiaque externe pour venir en aide d’une personne souffrant d’un arrêt cardiaque, au préalable il convient d’opérer les premiers gestes de secours. Dans la mesure où la victime est inconsciente, il ne faut perdre aucun instant. À chaque minute écoulée : les chances de survie diminuent de 10 % ! Bien entendu, il faut évaluer l’état de conscience de la victime puis contacter les secours (pompiers 18 et samu 15). Dans la mesure où la personne ne bouge pas spontanément, ne réagit pas au toucher ni à la voix et ne respire plus, il est essentiel de faire en alternance le bouche-à-bouche (ventilation artificielle) et le massage cardiaque (compressions thoraciques) et utiliser le défibrillateur automatisé externe si la réanimation cardio-pulmonaire ne donne aucun résultat.

Une fois le défibrillateur allumé, la voix synthétique indique la procédure à suivre. Après avoir placé les électrodes sur la peau nue de la victime, le défibrillateur diagnostique seul l’état cardiaque de la victime et délivre un choc électrique si cela est nécessaire. Dans ce cas, il convient de se tenir à l’écart de la victime. Après l’impulsion électrique, l’appareil vérifie si le cœur est reparti et évalue la démarche à suivre en attendant l’arrivée des secours.