Maître d’œuvre ou architecte : lequel choisir ?

Un projet immobilier nécessite la réunion de diverses ressources, à savoir celles matérielles, financières et humaines. Maîtres d’œuvre et architectes font partie de la dernière catégorie. Quel que soit l’ampleur du projet, il est possible de faire appel aux deux. Toutefois, il est des cas où faire appel à un architecte devient obligatoire même s’il ne sera pas interdit pour autant d’allier ses services à ceux d’un maître d’œuvre. Si les deux ont généralement les mêmes fonctions, leur différence de formation justifie notamment la pertinence de leur distinction.

Les éléments de divergence

La différence entre le maître d’œuvre et l’architecte s’apprécient plus au niveau de la formation. Si le second à l’obligation de passer un examen d’Etat, le maître d’ouvrage peut être n’importe qui du moment qu’il dispose des compétences requises. C’est une formation qui nécessite cinq années d’études supérieures en plus d’être inscrit à l’ordre des architectes. Par contre, le maître d’œuvre est plus une fonction, ce qui le dispense d’un certain formalisme. 

Ainsi par exemple, il suffit juste de consulter le net pour bien choisir son maître d’ouvrage en Vendée si on est à l’ouest de la France. Cependant, l’appel d’un architecte est obligatoire pour tout ouvrage sur une surface au-delà de 170 mètres carrés et pour lequel il aura l’apanage de la conception des plans et du dépôt du permis de construire.  A la suite de ces taches qui lui sont exclusivement dévolus dans ce cas-ci, vous pourriez contacter un maître d’œuvre pour la réalisation des plans qu’il a confectionné.

Les éléments de convergence

Ils ont tous les deux un rôle de coordination des travaux pouvant aller de la conception à la remise des clés. Il s’agit concrètement d’harmoniser tous les services qui interviennent dans l’ouvrage tels que l’érection du bâtiment, l’installation d’équipements high-tech, le décor, etc. Au niveau des coûts, l’architecte se rémunère généralement en appliquant un pourcentage sur le montant total des travaux. Le taux tourne habituellement autour de dix pour cent. 

Toutefois, i lest négociable et peut différé en fonction des architectes et de l’envergure du projet. La rémunération du maître d’œuvre suit la même logique si ce sont les mêmes missions qui lui sont dévolues. Enfin, sur le plan contractuel, ils ont les mêmes obligations tels que la loyauté, le respect des termes du contrat ainsi que les mêmes pénalités en cas d’inexécution ou de mauvaises exécution du contrat.