Comment choisir sa mutuelle optique ?

Entre la multiplication des écrans, la pollution, les prédispositions génétiques, la vue qui évolue avec l’âge et les affections oculaires notamment, il est courant de devoir porter une paire de lunettes. D’ailleurs, de nombreux signes sautent aux yeux comme par exemples, l’impression que la vision baisse, le fait de devoir se rapprocher d’un objet pour le distinguer en détail ou encore de plisser les sourcils pour lire un texte sans oublier les maux de tête notamment qui deviennent omniprésents en fin de journée. Parce qu’il n’est facile de décrypter les différents symptômes, il est fortement recommandé de consulter un ophtalmologue qui après examen, déterminera l’origine de la mauvaise santé visuelle et prescrira au besoin une paire de lunettes pour corriger le défaut visuel. Dans tous les cas, rien ne vaut la pratique d'exercices pour reposer les yeux

Et, à l’image des trois quarts des Français qui portent une paire de lunettes, mieux vaut avoir une mutuelle optique pour s’assurer d’un remboursement optimal.

Remboursement et mutuelle optique

Le taux de remboursement du régime de base de la sécurité sociale a juste le mérite d’exister. En effet, ce dernier est bien minime en rapport aux frais réellement engagés. Pour les montures de lunettes pour les plus de dix-huit ans, le remboursement est de l’ordre de trois euros, pour les verres de lunettes cela varie en fonction du type, de la puissance des verres, mais aussi de l’âge de l’assuré, mais restent très faibles ; quant aux lentilles, la participation de la sécurité sociale avoisine les 24 euros. Dès lors, en l’absence d’une complémentaire santé, il faudra régler la quasi-totalité du coût total de la paire de lunettes ou des lentilles, en sachant qu’en moyenne une monture de lunettes avec des verres simples coûte presque cinq cents euros.

Afin de s’assurer un remboursement optimal, mieux vaut bien comprendre les différentes formules de remboursement. Il peut s’agir d’un montant maximum de remboursement selon un pourcentage basé sur le remboursement de la sécurité sociale, c’est le « pourcentage de la base de remboursement ». Le remboursement est alors très faible. La mutuelle optique peut également proposer une formule basée sur un « forfait ». Dans ce cas, le montant remboursé peut être prévu pour l’achat d’une paire de lunettes de vue par an, par exemple. Le remboursement peut être basé sur les frais restant à la charge de l’assuré une fois la participation de la sécurité sociale déduite, c’est ce que l’on appelle le « pourcentage des frais restant à charge ».

Quelle que soit la formule, il convient de choisir une mutuelle optique qui offre un niveau de remboursement correct basé sur des forfaits et non des pourcentages. Ensuite, mieux vaut opter pour un comparatif de mutuelles pour vérifier si les équipements – lentilles, lunettes de soleil avec correction par exemple – et les interventions chirurgicales optiques non pris en charge par la sécurité sociale sont remboursés notamment. Et, pour ne pas devoir avancer les frais restants à la charge de l’assuré, il est important que la complémentaire optique pratique le tiers payant.