Comment savoir à quel âge je peux partir en retraite ?

L’âge de la retraite est un sujet qui concerne de nombreux Français. Que l’on commence à travailler tôt ou un peu plus tard, l’âge de la retraite peut varier. On vous explique en fonction de quels critères cet âge de départ peut varier, ainsi que les conditions qui font que vous pourrez prendre votre retraite avant l’âge légal. Bonne lecture de cet article complet qui répondra à toutes vos questions.

Plan de l'article

Qu’est-ce que l’âge légal de départ à la retraite ?

L’âge légal de départ à la retraite correspond à l’âge minimum à partir duquel il est possible de demander sa retraite, lorsque l’on est au régime général.

A lire aussi : Comment bien rédiger son faire-part de mariage ?

L’âge légal de départ à la retraite dépend de votre année de naissance. Cet âge est légalement de 62 ans si vous êtes né après 1955.

Cela dit, le jour où vous atteignez l’âge légal de la retraite, vous n’avez aucune assurance de pouvoir toucher une retraite à taux plein (ou taux maximum). Certaines conditions doivent être réunies pour bénéficier d’une retraite à taux maximum.

A lire également : Faire son shopping sur la toile peut vous faire gagner de l’argent !

Qu’est-ce que le taux plein ?

Lorsque l’on calcule la retraite de base, il y a un paramètre qui est important et qui entre nécessairement en ligne de compte. Il s’agit du taux de pension. Le taux de pension est dit “plein” lorsqu’il est de :

  • 50 % pour les salariés et les travailleurs indépendants
  • 75 % pour les agents de la fonction publique

Si votre taux de pension est au maximum (50 % ou 75 %, selon votre statut), alors en tant qu’assuré social, vous percevrez une retraite de base à taux plein.

Comment avoir une retraite à taux plein ?

Comment obtenir une retraite de base à taux plein ? C’est la grande question qui est au bord de toutes les lèvres. Le taux de pension entre en ligne de compte lors du calcul de la pension de retraite. Ce taux est exprimé en pourcentage et possède un minimum et un maximum. Le taux maximum, comme vu précédemment, est appelé taux plein.

En bénéficiant d’une retraite à taux plein, le retraité ou assuré social a la garantie de bénéficier d’une pension de retraite de base complète et non partielle.

Quand s’applique le taux plein ?

Le taux plein d’une pension de retraite peut s’appliquer sous certaines conditions. Le taux plein peut être appliqué au calcul lorsque l’assuré social a pu valider un certain nombre de trimestres de travail au cours de sa vie professionnelle.

Ce nombre de trimestres doit être égal ou supérieur à la durée d’assurance requise, ou bien lorsque le futur retraité a atteint l’âge de départ à la retraite à taux plein.

L’âge de départ à taux plein peut varier selon les régimes, mais il oscille entre 65 et 67 ans de manière générale.

En résumé, le taux plein est applicable en fonction de deux critères essentiels :

  • Atteindre l’âge de la retraite à taux plein
  • Atteindre la durée d’assurance requise

Pour les salariés du privé, les travailleurs indépendants, les travailleurs agricoles et les agents de la Fonction publique, c’est bel et bien votre année de naissance qui va jouer.

Cas : si vous vous décidez de partir en retraite avant l’âge de la retraite à taux plein ET avant d’avoir atteint la durée d’assurance requise, alors votre taux de pension est réduit par un coefficient de minoration (décote).

Retraite : les différents régimes de retraite de base

Lorsque l’on parle de retraite, on parle évidemment de régime de retraite. Il en existe de nombreux. Parmi les principaux régimes de retraite de base, on peut notamment citer :

  • La Caisse nationale d’assurance vieillesse
  • Les régimes de retraite des fonctionnaires
  • La mutualité sociale agricole
  • Le régime social des Indépendants
  • La Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales

Détaillons maintenant ces différents régimes de retraite de base.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse

La Caisse nationale d’assurance vieillesse concerne plusieurs types de salariés :

  • Salariés du secteur privé, cadre ou non-cadre
  • Agents non titulaires de l’Etat ou des collectivités publiques
  • Le personnel navigant de l’aviation civile

Si vous faites partie des catégories ci-dessus, alors vous dépendez de la Caisse nationale d’assurance vieillesse. Ce régime retraite est aussi appelé plus communément l’Assurance Retraite.

Sachez que si vous êtes domicilié en province, hors Paris, alors votre interlocuteur principal concernant ce régime retraite est la Caisse d’Assurance retraite et de la santé au Travail (Carsat), qui dépend de votre région.

Les régimes de retraite des fonctionnaires

SI vous êtes fonctionnaire, alors vous entrez dans l’une des catégories ci-dessous :

  • Agent de la fonction publique territoriale ou hospitalière
  • Fonctionnaire d’Etat

Si vous êtes agent de de la fonction publique territoriale ou hospitalière, vous dépendez de la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL)

Si vous êtes fonctionnaire d’Etat, vous dépendez alors du régime des retraites des fonctionnaires d’Etat, des magistrats et des militaires. Votre dossier de retraite sera géré par ce régime.

La mutualité sociale agricole

La mutualité sociale agricole est le régime de retraite qui s’applique à toute personne ayant été salariée du secteur agricole. C’est alors la Mutualité sociale agricole (MSA) qui gérera votre dossier.

La sécurité sociale des indépendants (ex RSI)

Le Régime social des Indépendants n’est plus, depuis le 1er janvier 2020. La protection sociale des indépendants était auparavant gérée par le RSI et se retrouve désormais intégrée au régime général de la Sécurité Sociale.

La transition s’est opérée sur deux ans. Aujourd’hui, la Sécurité sociale des indépendants est faite pour tous ceux qui ont une activité indépendante (travailleurs indépendants). La réforme, concrètement, n’a pas modifié les droits des travailleurs indépendants.

Voici toutes les activités concernées par l’ancien RSI, la Sécurité sociale des Indépendants :

  • Artisans, commerçants
  • Micro-entrepreneurs
  • Professionnels libéraux
  • Certains dirigeants ou associés de société
  • Les conjoints de commerçants ou d’artisans ayant choisi le statut de conjoint collaborateur
  • Quelques professions telles que agent commercial, exploitant d’auto-école, les chefs d’établissement d’enseignement privé, etc.

Pour votre retraite en tant qu’indépendant, c’est depuis le 1er janvier 2020 la caisse d’assurance retraite de votre lieu de résidence qui gérera votre dossier.

Si vous êtes en profession libérale, vos cotisations retraite se font toujours auprès de votre caisse habituelle.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales

Si vous exercez une profession libérale, sauf exception, vous dépendez du régime des professions libérales, qui est géré par la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL).

Les exceptions qui n’entrent pas dans ce cas-là sont entre autres les avocats, qui dépendent de la Caisse nationale des Barreaux français (CNBF).

Régimes alignés et fonction publique : le calcul de votre retraite

Les régimes dits alignés sont les régimes de retraite suivants :

  • Régime général
  • MSA (Mutualité sociale agricole)

Pour ces régimes alignés et pour le régime de la fonction publique, le calcul de la retraite de base se fait très simplement :

RPM x Taux x Durée d’assurance ou durée d’assurance requise

Le RPM est le revenu professionnel moyen (salaires, traitements et revenus non salariés)

Le taux est le taux de pension

La durée d’assurance correspond aux trimestres acquis

La durée d’assurance requise est la durée de référence qui permet d’obtenir une carrière complète dans le régime concerné.

Pour la durée d’assurance et la durée d’assurance requise, les trimestres acquis sont pris en compte, sauf les trimestres reconnus équivalents.

Les différents régimes de retraite complémentaire

Vous pouvez avoir des régimes de retraite complémentaire, en dehors des régimes de base. Certains régimes complémentaires ou supplémentaires sont, pour certaines professions libérales, obligatoires.

Pour cette raison, il est primordial de les connaître. Vos cotisations sont transformées en points de retraite, qui augmentent vos revenus de pension de retraite au moment de votre départ en retraite.

Voici les différentes activités qui sont concernées par les régimes de retraite complémentaires :

  •  Salariés du privé (non cadre) ou du secteur agricole
  •  Salariés du privé (cadre) ou du secteur agricole
  •  Agents non titulaires de la fonction publique
  •  Fonctionnaires d’Etat, fonctionnaires territoriaux et hospitaliers
  •  Travailleurs indépendants
  •  Statut de profession libérale

Salariés du privé (non cadre) ou du secteur agricole : vous dépendez du régime complémentaire Arrco, l’Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés.

Salariés du privé (cadre) ou du secteur agricole : vous dépendez du régime complémentaire Arrco mais aussi du régime des cadres, l’Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres (Agirc).

Agents non titulaires de la fonction publique : vous dépendez du régime complémentaire Ircantec. Il s’agit de l’Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’Etat et des collectivités publiques.

Fonctionnaires d’Etat, fonctionnaires territoriaux et hospitaliers : vous dépendez du régime complémentaire RAFP, c’est-à-dire la Retraite additionnelle de la fonction publique.

Travailleurs indépendants : vous dépendez du régime complémentaire lié à l’ancien RSI, c’est-dire l’Assurance Retraite, qui a mis en place la pension additionnelle à la retraite de base. Ce régime complémentaire s’appelle la Retraite complémentaire des Indépendants (RCI).

Il faut savoir que cette retraite complémentaire se calcule en points. Elle est entièrement versée si l’assuré social a obtenu sa retraite de base au taux maximum de 50 % (taux plein).

J’ai changé de statut ou de profession : quelle retraite ?

Vous pouvez changer de statut tout au long de votre carrière. Pas de panique ! Ce n’est pas votre activité principale qui sera à l’origine de votre calcul de pension de retraite. Toutes les caisses qui ont géré vos dossiers réunissent les données afin de calculer vos droits de pension.

Vous allez alors recevoir, de la part de chacun de ces régimes de retraite, une part de pension calculée sur la base de vos droits acquis.

À quel âge prendre sa retraite ?

Vous savez désormais que l’âge légal auquel vous avez le droit de partir à la retraite, si vous êtes né après 1955, est de 62 ans. Cet âge est fixé ainsi depuis 2010 pour l’ensemble des régimes de retraite.

Cela dit, si vous décidez de partir en retraite à 67 ans, vous êtes sûr d’avoir une retraite à taux plein.

Cela dit, partir à la retraite à 62 ans ne garantit absolument pas de bénéficier d’une pension de retraite à taux plein. Vous devez impérativement avoir acquis tous les trimestres requis pour en bénéficier.

Selon les cas, il ressort trois âges de départ à la retraite pour une carrière dite classique.

Départ en retraite à 62 ans : l’âge minimum

Sauf cas particulier, l’âge légal de départ en retraite est fixé à 62 ans depuis 2010 pour toute personne née après 1955.

Pour les personnes nées avant 1955, l’âge de départ à la retraite est calculé en fonction de votre âge :

  • Né avant le 1er juillet 1951, votre âge minimum de départ en retraite est de 60 ans
  • Né entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951, votre âge minimum de départ en retraite est de 60 ans et 4 mois
  • Né en 1952, votre âge minimum de départ en retraite est de 60 ans et 9 mois
  • Né en 1953, votre âge minimum de départ en retraite est de 61 ans et 2 mois
  • Né en 1954, votre âge minimum de départ en retraite est de 61 ans et 7 mois
  • Né en 1955, votre âge minimum de départ en retraite est de 62 ans.

Calcul de l’âge de départ en retraite en fonction de la date de naissance

Si vous tenez à bénéficier d’une retraite à taux plein sans décote, vous devez avoir atteint votre âge minimum de départ à la retraite (voir ci-dessus) ET avoir cotisé un certain nombre de trimestres :

  • Année de naissance 1948 ou avant : 160 trimestres
  • Année de naissance 1949 : 161 trimestres
  • Année de naissance 1950 : 162 trimestres
  • Année de naissance 1951 : 163 trimestres
  • Année de naissance 1952 : 164 trimestres
  • Année de naissance 1953-54 : 165 trimestres
  • Année de naissance 1955-57 : 166 trimestres
  • Année de naissance 1958-60 : 167 trimestres
  • Année de naissance 1961-63 : 168 trimestres
  • Année de naissance 1964-66 : 169 trimestres
  • Année de naissance 1967-69 : 170 trimestres
  • Année de naissance 1970-72 : 171 trimestres
  • À partir de 1973 : 172 trimestres

Départ en retraite entre 62 et 67 ans

Entre ces 2 âges, vous êtes entièrement libre de prendre votre retraite quand vous le souhaitez. Si vous n’avez pas cumulé le nombre de trimestres requis, alors vous n’aurez pas droit au taux plein et une décote est appliquée.

Si vous êtes dans une incapacité supérieure à 50 %, une retraite à taux plein est possible sans décote.

Départ en retraite à 67 ans : la retraite à taux plein

Depuis la réforme des retraites de 2010, c’est à 67 ans (et non 65 ans comme avant la réforme) que vous pouvez prendre votre retraite sans risquer de décote. Ici encore, la pension est calculée selon le nombre de trimestres acquis et cotisés.

  • Né avant le 1er juillet 1951, votre âge minimum de départ en retraite est de 65 ans
  • Né entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951, votre âge minimum de départ en retraite est de 65 ans et 4 mois
  • Né en 1952, votre âge minimum de départ en retraite est de 65 ans et 9 mois
  • Né en 1953, votre âge minimum de départ en retraite est de 66 ans et 2 mois
  • Né en 1954, votre âge minimum de départ en retraite est de 66 ans et 7 mois
  • Né en 1955, votre âge minimum de départ en retraite est de 67 ans.

Quelles conditions pour une retraite anticipée carrière longue ?

Pour partir en retraite anticipée après une carrière longue, vous devez remplir certaines conditions :

  • Avoir commencé à travailler avant 20 ans
  • Justifier d’un nombre minimum de trimestres d’assurance retraite cotisés, tous régimes de base obligatoires confondus

Ce dispositif permet de partir en retraite avant 62 ans.

Qui a droit à la retraite à 1000 euros ?

Les seules personnes concernées par ce dispositif et qui peuvent prétendre à une retraite à 1 000 euros sont les futurs retraités qui auront accompli une carrière complète au SMIC. Les 1 000 euros net par mois a minima ne concernent donc pas tout le monde.

Les cas particuliers de retraite anticipée

La retraite anticipée désigne le départ en retraite avant l’âge légal de départ à la retraite, qui est actuellement de 62 ans pour tous les actifs nés après 1955. Cet âge a été décidé en 2010 lors de la réforme des retraites.

Certaines personnes peuvent bénéficier de la retraite anticipée, pour certaines raisons précises. Vous pouvez bénéficier d’un départ en retraite anticipé si vous vous trouvez dans l’un des cas suivants :

  • Retraite anticipée pour carrière longue (RACL)
  • Retraite anticipée pour incapacité (secteur public)
  • Retraite anticipée pour pénibilité (secteur privé)

Les actifs qui souhaitent obtenir un départ en retraite anticipé doivent justifier de leur statut et de leur condition, parmi les trois critères ci-dessus.

Bon à savoir : il ne faut pas confondre retraite anticipée et retraite progressive ou encore préretraite. La retraite progressive permet de percevoir une partie de sa pension de retraite dès l’âge de 60 ans tout en continuant de travailler à temps partiel. La préretraite, elle, permet à ceux qui le peuvent d’arrêter de travailler jusqu’à leur départ en retraite, tout en étant rémunéré comme s’ils travaillaient.

Retraite anticipée pour carrière longue (RACL)

Si vous avez commencé à travailler entre 14 et 20 ans, alors vous pouvez demander à partir à la retraite avant l’âge légal de 62 ans, sous certaines conditions. Avant 2011, l’âge légal de départ à la retraite anticipée était de 56 ans ; cet âge ayant été relevé, les âges de retraite anticipée ont eux aussi suivi.

Les personnes concernées par la possibilité de retraite anticipée pour carrière longue sont :

  • Les salariés du secteur privé
  • Les membres de culte
  • Les agents de la fonction publique (Etat, hospitalière, territoriale)
  • Les TNS (travailleurs non salariés) : indépendants, professions libérales, exploitants agricoles, avocats)
  • De nombreux régimes spéciaux (ouvriers de l’Etat, RATP, industries électriques et gazières, clercs et employés de notaires, Banque de France, Opéra de Paris, Comédie Française)

Pour bénéficier d’une retraite anticipée pour carrière longue, il faut justifier le fait d’avoir cumulé les trimestres validés et/ou assimilés, dans une certaine limite :

  • 4 trimestres pour un congé maladie ou un accident du travail
  • 4 trimestres pour le service militaire
  • 4 trimestres de chômage indemnisé
  • 2 trimestres d’invalidité
  • Tous les trimestres d’un congé maternité
  • Tous les trimestres acquis sous le dispositif “prévention de la pénibilité”

Il est possible de de demander une retraite anticipée pour carrière longue : celle-ci sera étudiée et proposée en fonction de certains critères (date de naissance pour ceux nés avant le 1er janvier 1960 et l’âge du début de l’activité professionnelle, pour ceux nés après le 1er janvier 1960).

Dans tous les cas, pour obtenir une réponse favorable à votre demande de retraite anticipée pour carrière longue, il faudra justifier de 5 trimestres cotisés avant la fin de l’année civile du vingtième anniversaire de l’assuré social actif.

Retraite anticipée pour incapacité (secteur public)

La retraite anticipée pour incapacité ou maladie peut être demandée si vous réunissez les conditions suivantes :

  • Avoir fait un minimum de 15 ans de services effectifs
  • Être atteint d’une maladie incurable ou d’une infirmité en lien avec l’activité professionnelle.

L’incapacité est définie comme telle : ” Être dans l’impossibilité d’exercer une quelconque profession“.

Peuvent notamment être concernés les militaires, magistrats, fonctionnaires d’Etat, fonctionnaires territoriaux et hospitaliers.

Retraite anticipée pour pénibilité (secteur privé)

Dans secteur privé, la retraite anticipée existe aussi, mais sous le terme de pénibilité et non incapacité. Les conditions pour pouvoir en bénéficier sont les suivantes :

  • La pathologie doit être liée à l’exercice professionnel
  • La pathologie doit entraîner une incapacité permanente (IP) d’au moins 10 % ou 20 %, selon les cas.

Aujourd’hui, la loi prend en compte 6 facteurs de risques professionnels qui peuvent vous ouvrir droit à une retraite anticipée pour pénibilité :

  • Le travail de nuit ;
  • Le travail en équipes successives alternantes ;
  • Le travail répétitif ;
  • Les températures extrêmes ;
  • Le bruit ;
  • Les activités exercées en milieu hyperbare (milieu dans lequel la pression ambiante est supérieure à la pression atmosphérique).

L’âge de votre retraite anticipée pour pénibilité sera alors de 60 ans si votre travail vous fait vivre dans l’une de ces conditions.

Quelle différence entre trimestre cotisé et trimestre validé ?

Un point qui attire notre attention et qui mérite d’être mentionné : la différence majeure entre trimestre cotisé et trimestre validé.

Les trimestres validés comprennent à la fois les trimestres cotisés et les trimestres assimilés. Les trimestres assimilés sont donnés à un actif lors d’un congé maladie, un congé maternité, du chômage, etc. Ces trimestres voient l’actif recevoir une rente en contrepartie.

Les trimestres cotisés sont les trimestres où seul votre salaire a été perçu, hors congés maladie, congés maternité ou périodes de chômage.

Comment demander un relevé de carrière ?

Afin de bien être sûr de vos droits et du nombre de trimestres, votre relevé de carrière doit être régulièrement consulté si vous souhaitez avoir un bon aperçu de ce que pourra être votre pension de retraite.

Il suffit d’en faire la demande : il s’agit d’un document confidentiel qui peut être obtenu auprès de l’assurance retraite, directement en ligne. Il vous suffit pour cela de créer un compte et de vous connecter. Vous avez ensuite la possibilité de consulter votre RIS (Relevé Individuel de Situation archivé) et de le télécharger afin de vérifier les informations consignées dans ce document.

Pour l’obtenir par courrier, si vous ne souhaitez pas faire une demande en ligne, il faudra vous munir de votre identité précise, de votre numéro de sécurité sociale, du régime de retraite dont vous dépendez, et de votre signature.

Votre demande de relevé de retraite peut aussi se faire en présentiel auprès de votre caisse de retraite, si vous la connaissez.

Une erreur sur mon relevé de carrière ?

Si vous notez une erreur sur votre relevé de carrière (une absence, etc.), envoyez des documents complémentaires, ce qui permettra de régulariser votre dossier. Les erreurs les plus communes concernant les relevés de carrière concernent les jobs saisonniers et les emplois exercés à l’étranger. 

Ces erreurs peuvent aussi être dues aux trimestres consacrés à votre service militaire, aux enfants ou encore au chômage. Des erreurs peuvent également venir des points Arrco et Agirc, qui sont souvent oubliés.

Tout l’intérêt de conserver ses fiches de salaires se situe dans cette étape cruciale. Tout au long d’une vie, vous collectez des informations qui pourront vous servir, notamment si des pièces sont manquantes à votre dossier et à votre relevé de carrière. Grâce à vos fiches de paie, vous êtes en mesure de justifier ce que vous avancez.

Lorsque vous partez à l’étranger, il est primordial de veiller à bien conserver toute preuve de travail, puisqu’elle vous sera demandée lors du calcul de votre pension de retraite. Sans preuves, vous ne pouvez prétendre à une revalorisation.

Quand demander son relevé de carrière ?

Dès l’âge de 35 ans, un relevé de carrière vous est envoyé tous les 5 ans. En dehors de cela et afin de vous préparer au mieux, il est conseillé d’anticiper vos démarches et de faire votre demande de relevé de carrière 1 an et demi avant l’âge présupposé de votre départ en retraite.

Tous les 5 ans, vous avez la possibilité de vérifier votre relevé de carrière et l’exactitude des informations connues sur vos activités professionnelles. Il est vivement conseillé d’anticiper la consultation de votre relevé de carrière, afin de ne pas vous faire prendre de cours par des démarches administratives longues et pénibles.

Calcul retraite complémentaire : les points Agirc-Arrco

Ces points de retraite concernent uniquement les salariés du secteur privé et appartiennent au régime unifié Agirc-Arrco. Par le biais des cotisations patronales et salariales, les salariés acquièrent des points qui leur permettent d’obtenir une retraite complémentaire. Celle-ci s’ajoute à votre retraite de base. 

Pour calculer votre retraite complémentaire, il vous suffit de faire votre demande de relevé de carrière en ligne, et d’y retrouver le nombre de points Agirc-Arrco que vous avez acquis tout au long de votre vie professionnelle.

Au moment de votre demande de départ en retraite, vous n’avez qu’à multiplier ce nombre par la valeur du point Agirc-Arrco et vous obtiendrez le montant de votre retraite complémentaire.

La valeur du point Agirc-Arrco change chaque année sauf en période de crise où elle peut stagner. Il est donc difficile de prévoir le montant  annuel brut ou mensuel de votre retraite complémentaire avant d’avoir liquidé votre retraite.

Un régime unifié

Le régime Agirc-Arrco est désormais unifié. Des simulateurs de conversion d’anciens points Agirc en nouveaux points Agirc-Arrco sont disponibles sur les sites officiels.

Pour vous connecter, vous pouvez, comme pour le site internet de l’Assurance retraite, utiliser vos identifiants France Connect, qui vous proposent d’utiliser vos identifiants des impôts, de l’Assurance maladie et bien d’autres comptes préexistants.

Retraite :  comment racheter des trimestres ?

Saviez-vous qu’il est possible de racheter des trimestres afin de compléter votre carrière, si vous n’avez pas ou peu cotisé au régime général de la Sécurité Sociale ?

Certains cas vous permettent d’effectuer le rachat de vos trimestres, dans une limite bien définie :

  • Le rachat de cotisations ;
  • Le rachat d’années d’études supérieures ou d’années incomplètes ;
  • Le rachat spécifique aux enfants de harkis, moghaznis et personnels des forces supplétives de l’armée française ;
  • Les cotisations arriérées ;
  • Les cotisations arriérées spécifiques aux artistes-auteurs ;
  • Les stages d’études.

Certaines conditions existent, et notamment des délais de demande de rachat de cotisations pour une activité à l’étranger, par exemple.

Les modalités de paiement vous sont expliquées sur le site officiel de l’Assurance retraite. Il est possible d’effectuer ces rachats en plusieurs paiements et en mensualités définies au préalable. Ainsi, vous pouvez revaloriser votre retraite en anticipant sur la prise en compte de vos trimestres cotisés.

Il faut savoir que le coût d’un trimestre dépend de votre âge, de vos revenus et du type de période à racheter. Vous pouvez racheter jusqu’à 12 trimestres maximum. Parmi les types de périodes à racheter, vous aurez le choix entre :

  • Des années d’activité n’ayant pas permis de valider 4 trimestres
  • Des années d’activité d’assistante maternelle exercées entre le 1er janvier 1975 et le 31/12/1990
  • Des années d’apprentissage sous contrat conclu entre le 1er juillet 1972 et le 31 décembre 2013
  • Des années d’études supérieures validées par un diplôme obtenu il y a plus de 10 ans
  • Des années d’études supérieures validées par un diplôme obtenu il y a moins de 10 ans
  • Des années passées dans un camp militaire de transit et d’hébergement entre le 18 mars 1962 et le 31/12/1975 en tant qu’enfant d’ancien supplétif de l’armée française en Algérie

Il est vivement conseillé, avant de lancer dans une telle démarche coûteuse, de se réunir toutes les informations sur votre relevé de carrière.

Bon à savoir : racheter des trimestres ne vous permet en aucun cas de prendre une retraite anticipée. Cette opération vous permet essentiellement de compléter le nombre de vos trimestres manquants.

Sur le site de l’Assurance retraite, renseignez-vous bien sur les délais de rachat de cotisations ou de trimestres afin de ne pas laisser passer des opportunités qui pourraient vous être utiles par la suite. Constituer son dossier de retraite le plus tôt possible vous permet de bien vous préparer à votre départ sans stress.