Ce que les réseaux sociaux disent à propos de nous

En seulement quelques années, les réseaux sociaux ont certainement créé les plus grandes bases de données comportementales de toute l’histoire. En publiant des informations à notre sujet et en alimentant nos comptes au quotidien. Ce sont des vies entières qui sont ainsi répertoriées dans les bases de données des serveurs et de nombreuses études sont venues analyser nos comportements sur ces plateformes.

Une mine de renseignements personnels

En créant un compte de réseau social, il est indispensable de renseigner certaines données. Certaines sont facultatives et en disent long sur nous comme au sujet de l’âge, du genre (féminin, masculin), de l’orientation sexuelle, la religion, l’origine ethnique par exemple. Lorsque vous indiquez la profession que vous exercez, vous donnez aussi des informations exploitables. Ainsi, d’après une étude américaine, il est démontré qu’il existe un lien entre le choix du réseau social des jeunes et la catégorie socioprofessionnelle des parents. Il en va de même pour les idées politiques au fur et à mesure de nos publications, nos liens d’amitié et nos réactions.

Donne-moi ton réseau, je te dirai qui tu es

Il existe des réseaux sociaux dits « généralistes » ou de « masse », qui ont vocation à intéresser n’importe quel utilisateur d’internet. Quels que soient leurs centres d’intérêt, leurs origines, leurs activités, leurs activités professionnelles, ils y développeront un réseau d’amis, de nouvelles connaissances, de famille et même des relations professionnelles. C’est le cas de Facebook par exemple. Twitter regroupe une catégorie socio professionnelle plus élevée qui développe plus un intérêt de type « branding ». Les femmes préféreront Instagram et Pinterest et les jeunes développeront plutôt des comptes sur Snapchat. Ces informations seront très intéressantes pour les entreprises qui adopteront une stratégie sur les réseaux sociaux en fonction de ces données. Les professionnels de la communication, du marketing iront valoriser leur expertise sur Twiter, pendant que les commerciaux tenteront d’atteindre leur cible sur des réseaux de masse comme Facebook. D’autres, plus restreints, seront privilégiés en fonction des secteurs d’activité comme Pinterest pour les pros de l’aménagement.