L’aide à l’embauche en apprentissage est reconduite

L’apprentissage représente un levier majeur quant à l’insertion professionnelle des jeunes dans le monde du travail. L’État encourage la formation professionnelle en délivrant une aide à l’embauche d’apprentis aux entreprises, une aide reconduite jusqu’au 30 juin 2022.

A voir aussi : Fêtez votre anniversaire dans un lieu prestigieux

L’apprentissage, une forme d’alternance en plein essor

Les contrats d’apprentissage sont des contrats d’une durée de 6 mois à 3 ans conclus entre un employeur et un apprenti âgé de 16 à 29 ans.

D’année en année, le nombre de contrats d’apprentissage ne cesse de croître. Entre 2019 et 2020, le nombre de signatures a progressé de 42% atteignant ainsi 525 600 contrats d’apprentissage conclus.

A voir aussi : Puce de lit : comment s’en débarrasser ?

Un engouement s’expliquant par l’investissement conséquent de l’État en matière de formation professionnelle.

Après un premier versement de 750 millions d’euros, le gouvernement a de nouveau investi 2 milliards d’euros dans l’apprentissage et la formation professionnelle. Au total, ce n’est pas moins de 2,7 milliards d’euros qui ont été investi par le gouvernement dans France Compétences (opérateur national de la formation professionnelle).

L’aide exceptionnelle à l’embauche mise en place par l’État

L’aide à l’embauche d’apprentis découle d’une initiative lancée en juin 2020 par Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

L’objectif de cette mesure est de remobiliser les entreprises et particulièrement les petites entreprises sur l’apprentissage mais également d’éviter à des milliers de jeunes de se retrouver sans formation.

Pour atteindre cet objectif, l’État a mis en place le plan “1 jeune 1 solution” qui permet de disposer une aide de 5 000 euros pour l’embauche d’un apprenti mineur et de 8 000 euros pour l’embauche d’un apprenti majeur versée à la première année du contrat aux entreprises. Les années suivantes, les aides « classiques » prennent le relais.

Initialement prévu au 28 février 2021, le terme de cette aide a finalement été reconduit à de multiples reprises pour finalement aboutir au 30 juin 2022.

Auparavant, les aides aux entreprises pour la formation professionnelle ne dépassaient pas 4 000 euros et ne concernaient que les formations allant jusqu’au baccalauréat. Aujourd’hui, elles concernent toutes les formations allant du CAP au master.

Ces investissements majeurs de l’État s’expliquent en partie par la crise sanitaire qui a fait émerger une crise de l’emploi dans de nombreux secteurs d’activité. Une pénurie de main-d’œuvre qualifiée qui pourrait bien s’estomper par le développement des formations professionnelles.

Certaines filières se réjouissent d’une reconduction des aides Plusieurs secteurs d’activité commencent à voir leurs effectifs se réduire de façon alarmante.

C’est notamment le cas du secteur de la coiffure qui connaît un manque de personnel de l’ordre de 15 à 20%.

Pour des écoles comme le centre de formation d’apprentis (CFA) Silvya Terrade (CAP Petite Enfance, BTS Diététique, Bac ASSP) proposant également des formations en coiffure, les aides à l’embauche sont des facilitateurs pour inciter les entreprises à s’engager et se développer dans ce contexte économique tendu.

D’ailleurs, d’autres mesures comme la fin du quota du nombre d’apprentis encadrés viennent soutenir économiquement cette filière en besoin crucial de personnel qualifié.

L’État soutient aussi les chômeurs de longue durée

Une autre aide vient compléter l’aide à l’embauche d’apprentis, il s’agit de la prime à l’embauche des chômeurs de longue durée.

Cette prime, d’une valeur de 8 000 euros, est octroyée aux employeurs embauchant des chômeurs âgés d’au moins 30 ans et inscrits à Pôle Emploi depuis au moins un an. Cette embauche doit se faire par le biais d’un contrat de professionnalisation entre le 1er novembre 2021 et le 30 juin 2022.

Ce contrat de professionnalisation est expérimental et créé par la loi Avenir Pro. Il permet aux personnes éloignées de l’emploi de disposer d’une formation sur-mesure adaptée à la fois aux besoins de l’entreprise et aux besoins du demandeur d’emploi.

L’aide s’étendra aux chômeurs de moins de 30 ans à partir du 1er juillet 2022 et jusqu’au 31 décembre 2022.

Une aubaine pour les entreprises en manque de personnel qui vont pouvoir former leurs salariés de demain.