Comment lancer son activité en SARL ?

La création d’une entreprise formelle passe par différentes étapes au nombre desquelles on peut évoquer le choix du statut légal. Pour ce qui relève de ce dernier point, plusieurs possibilités sont offertes aux porteurs de projets. De tous ces statuts existants, la SARL est de loin la plus répandue et ceci du fait des avantages dont bénéficient les entrepreneurs qui font cette option. Mais avant d’arborer ce statut de société à responsabilité limitée, certaines étapes sont à franchir. Quelles sont ces étapes ? Voici quelques éléments de réponses à découvrir.

Les conditions s’appliquant à une SARL

Il ne suffit pas d’avoir un projet d’entreprise bien rédigé et un business plan clair pour mériter le statut de SARL. En effet, les obligations afférentes à ce registre d’activités sont telles que les porteurs de projet doivent s’assurer de remplir un certain nombre de critères. On peut distinguer deux principales catégories de conditions. Il s’agit des :

  • Conditions de fond : elles ont rapport avec l’objet social de l’entreprise, la capacité d’investissement des associés, le nombre total d’associés, le capital social, la dénomination ainsi que le siège social de l’entreprise.
  • Conditions de forme : elles ont rapport aux statuts, aux formalités relatives à l’enregistrement de la structure et à sa formalisation.

Chacun des points ci-dessus évoqués présente des spécificités par rapport aux autres formes de société. Et il est important de bien se documenter avant de s’engager. Aussi, pourriez-vous recourir aux services d’un professionnel pour vous assister tout au long de ce processus de création. Pour cela, il suffit de faire un tour sur le site K bis.

La rédaction des statuts

Le statut est la charte régissant les activités ainsi que les rapports entre associés et employés de la structure. C’est donc un élément essentiel sans lequel l’entreprise ne saurait exister. Aussi, il faudrait que sa rédaction soit le fruit d’un travail minutieusement mené. Il est donc important à cette phase de tenir compte des conditions de fond évoquées plus tôt. Le statut se doit de faire l’unanimité des associés. Aussi, ils doivent s’engager chacun, dans la mesure de ses possibilités, à contribuer au bon fonctionnement de la société.

Par ailleurs, le statut mentionne la nature du capital social, la structuration et la durée de vie de l’entreprise (elle ne peut en aucun cas excéder 99 ans pour une SARL) pour ne citer que ces éléments. Il est important de préciser ici que le gérant ou les administrateurs de l’entreprise peuvent être désignés par trois voies différentes.

Menez les démarches nécessaires pour l’obtention de K bis

Après avoir suivi de façons succinctes les démarches précédemment évoquées, assurez-vous d’obtenir votre K bis. Il s’agit d’un document attestant de l’enregistrement d’une entreprise. Il permet en effet de rendre compte de l’ensemble des modifications subies par une entreprise sur une période donnée (changement d’adresse ou de dirigeants, changement de capital social, etc.). L’obtention du K bis est soumise au paiement d’une redevance de 3,12 euros. Vous pouvez le retirer auprès des tribunaux ou par le biais de certaines plateformes spécialisées.

Les avantages d’une SARL

La création d’une SARL offre plusieurs avantages pour votre entreprise. Les associés de votre entreprise peuvent bénéficier d’un cadre juridique sécurisant. Il faut noter en effet que, contrairement aux sociétés par actions, la SARL est un statut juridique dont le fonctionnement est plus encadré. Aussi, elle se charge de protéger ses associés lorsque la société connait des moments difficiles. C’est également un statut intéressant qui permet de bénéficier de certaines aides.

Ce sont autant d’avantages qui peuvent vous pousser à lancer votre activité en SARL. Mais, le plus important est de bien vous informer sur les différentes conditions qui s’appliquent à ce statut juridique.